Oranges infectées par le sida – la rumeur gonfle à nouveau sur la toile – Martine Sroussi

0
3282

Depuis ce matin, je n’arrête pas de recevoir ces images d’oranges avec des taches de sang et ce message : « oranges de gaza, infectées par le sida ». 

oranges infectées par le sidaJe sais que nos voisins n’ont qu’une raison de vivre : trouver le moyen de nous faire disparaître de la surface de la Terre, has ve shalom. Mais là, en l’occurrence, ils n’ont rien à voir…. Du moins, gaza n’est pas en cause. C’est ce qu’il en sort de l’article que j’ai trouvé sur le net, après avoir reçu 3 messages du genre.

Je vous le livre ici. Il est à prendre avec circonspection, bien sûr. Nos ennemis n’ont de cesse de chercher à nous nuire, donc on n’est pas indifférent à ce genre d’info, ou alors on est inconscient!!! Mais….

Je vous laisse juger par vous-mêmes et j’espère que ceux qui le voudront nous livreront leurs impressions sur l’info et sur l’article. Bonne lecture 

Une rumeur circule sur des oranges contaminées par le virus du Sida © DR
C’est une rumeur qui se propage depuis quelques jours sur Facebook et Twitter. Le message explique que les douaniers algériens ont saisi des oranges libyennes un peu particulières contaminées par le VIH. C’est faux.

La rumeur se propage depuis quelques jours sur Facebook et Twitter : les douanes algériennes ont intercepté des oranges libyennes, ou syriennes, infectées par du sang contaminé par le sida. « S’il vous plait, partagez ce message et prévenez vos contacts des dangers », conclu ce message accompagné de photos inquiétantes :
pendant ce temps sur FB les oranges syriennes donnent le sida (WTF) pic.twitter.com/zAzhhuQXHO

— Daria Marx (@dariamarx) February 25, 2015

Pourquoi c’est une rumeur ?

D’abord parce que cette histoire remonte à décembre dernier et d’après cet article, l’image montre en fait des oranges égyptiennes retrouvées au Yemen… rien à voir avec l’Algérie.
Ensuite, le danger évoqué dans le message n’a pas lieu d’être. Tout simplement parce que le sida ne survit pas en dehors du corps humain. « Il est extrêmement fragile, dès qu’il n’est plus à 37°, dès qu’il n’est plus dans son cocon liquide, il meurt. C’est pour ça, par exemple, que dans les larmes ou dans la salive, il n’est pas contaminant », précisait Jeanine Rochefort, de Médecin du Monde lors d’une table ronde relayée par Sida Info Service. En clair : le virus n’a plus aucune chance d’être actif après avoir été prélevé, injecté dans le fruit et exporté.

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.