Elisheva Elkayam-Je ne suis pas coupable, mais responsable.

0
55

 «On vit dans autrui, rarement dans soi-même.» Stanislas Leszczynski

A mon sens, une vie comporte plusieurs naissances. Celle du jour où l’on sort du ventre maternel et celle où l’on prend conscience que nous sommes seuls responsables de notre vie.Les 2 naissances sont douloureuses.

La première naissance nécessite de lutter pour sortir du ventre, de respirer pour la première fois,…

La 2ème, quand nous avons réalisé que dans ce monde, nous avons l’entière responsabilité de notre vie. Pour ma part, cette deuxième naissance fut très douloureuse car je ne pouvais plus reporter la culpabilité de mes erreurs ou de mes échecs sur un autre que moi.

En même temps je ne savais pas comment avancer autrement…

Je ne sais par quel malentendu nous supposons que nos parents nous doivent tout ? Ils sont supposés être irréprochables pour assurer notre avenir. Ils sont supposés ne pas avoir de vie, ne pas tomber amoureux car ils doivent être disponibles pour leurs enfants et faire semblant d’être heureux pour l’équilibre de leurs jolies petites têtes blondes…

Peut-être qu’après tout, en tant que parents, nous sommes les premiers responsables ?

Pourquoi déculpabiliser nos enfants ?

Peut-être avons-nous peur de perdre leur amour en les responsabilisant ?

Sûrement aussi que le fait de culpabiliser les copains ou les institutrices, nous amène nous-mêmes parents à nous affranchir de nos erreurs ? Nous nous méprenons souvent en pensant qu’il s’agit de l’amour que nous portons à nos enfants alors que nous avons besoin de nous décharger de notre culpabilité de ne pas toujours avoir été à la hauteur dans notre éducation.

Je suis fille de divorcés. J’ai beaucoup souffert de cette séparation. J’avais perdu mon père et ma mère car ma mère était tombée amoureuse. Je l’ai ressenti comme un abandon et cette sensation vous suit toute une vie et vous handicape pour le futur. L’enfant a du mal à comprendre pourquoi papa ne vient plus et pourquoi maman a tant changé. Dans mon cas, je me suis sentie rejetée et en trop.

Pendant des années, mon enfance m’a gâché la majeure partie de ma vie, surtout sentimentale, car j’avais beaucoup de mal à reproduire une rupture, alors je restais dans des relations qui ne m’apportaient rien. Je faisais tout pour que l’autre parte. Mais le jour où cela arrivait, le sentiment d’abandon revenait et c’est terrible de le revivre. J’en ai tant voulu à ma mère de ne pas m’avoir protégée !

Si j’ai décidé d’écrire sur le sujet, c’est que je suis guérie. Mais surtout je sais qu’il y a énormément de femmes dans cette souffrance.  Que cette sensation d’avoir été abandonné vienne à la suite d’un divorce ou de la perte d’un parent, nous continuons à nous maltraiter au travers de nos relations.

Nous nous sentons toujours coupables de reproduire ce que nos parents ont vécu et souffrons du manque d’amour de soi en restant dans des relations qui nous rendent souvent malheureuses.

C’est un cercle vicieux et malsain car nous continuons par la même occasion, à mettre tout sur le dos de nos parents.

Le jour où j’ai réalisé qu’il était temps de grandir, que ma mère était un être humain, qu’elle avait elle aussi le droit d’être heureuse, qu’elle avait eu le droit de ne plus aimer mon père et de le quitter, j’ai réalisé que ma mère est venue dans ce monde avec sa mission de vie à elle, dont  je  faisais partie et que je devais avoir mon enfance telle qu’elle fut  pour ma mission de vie également !

J’ai alors compris qu’il fallait que j’arrête de lui en vouloir car cette vie avait surement déjà été décidée ainsi.

Ma mère a eu sa vie et l’a pour de nombreuses années encore, je l’espère. A mon tour j’avais la mienne et ma mère n’était pas coupable de mes malheurs ou de mes échecs. C’était à moi de me réaliser, d’exercer ma force, ma volonté, et mes décisions.

Le jour où j’ai réalisé tout cela, j’ai pris un coup sur la tête, car je n’allais plus pouvoir attribuer les torts à ma mère. Car de toute évidence, c’était ma faiblesse qui m’avait mené là où j’étais. Soit, elle avait sûrement été provoquée par le sentiment d’abandon, mais c’était à moi d’être forte et d’avancer, de pardonner et surtout me pardonner de toutes ces années de souffrance.

Je ne pouvais pas continuer à en vouloir à ma mère d’avoir voulu être heureuse et de faire sa vie. Cette réaction venant d’un enfant était compréhensible, mais une fois adulte, c’était de l’égoïsme finalement.

J’en voulais à ma mère de ne pas être restée avec mon père sans me préoccuper de son bonheur. Il m’a été difficile de me rendre à l’évidence et de comprendre qu’il me fallait prendre mes responsabilités. La petite fille avait  grandi et était devenue femme et mère à son tour. J’ai réalisé grâce à cela que moi aussi j’avais le droit au bonheur indépendamment de mes enfants, car j’étais avant d’être une mère, une femme. Et je ne pouvais pas être une bonne mère si je ne m’accomplissais pas en tant que femme.

Il ne faut pas avoir peur de dire à ses enfants « je suis désolée de ne pas avoir été à la hauteur de vos attentes », parce que nous sommes parfois dans l’incapacité d’être ce qu’ils veulent que l’on soit. Nous ne sommes que des êtres humains, avec nos soucis et nos boulets psychologiques.

Je félicite ma mère d’avoir eu le courage et la force d’avoir fait sa vie comme elle l’a jugé bon pour elle.

J’espère qu’elle a été heureuse. Je lui demande pardon de lui en avoir tant voulu. Mais le plus difficile a été de me pardonner finalement de m’être fait tant de mal.

La vie est si simple et si belle si on s’aime et se respecte. Cela permet d’acquérir la force nécessaire pour se réaliser. La force de dire non à une vie médiocre, la force et la volonté d’avancer pour soi.

Je vous souhaite à toutes,  l’éveil à l’être magnifique que vous êtes. Car vous êtes merveilleuses Mesdames, vous avez en vous des forces insoupçonnables. Votre vie vous appartient, votre passé n’est plus, vous êtes aujourd’hui. Alors soyez là pour vous-même et aimez-vous !

Cette vie vous ne la vivrez qu’une seule fois, pensez-y !!

 

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.