Une plaque commémorant ce que les Palestiniens appellent la «Catastrophe», c’est à dire l’exode qui a suivi la création de l’Etat d’Israël, suscite l’ire du Crif. En cause, le qualificatif de «criminel de guerre» dont est affublé David Ben Gourion.

Dominique Lesparre, maire communiste de Bezons, en région parisienne, a inauguré ce 11 juin deux plaques temporaires, en français et en arabe, commémorant la Nakba («catastrophe» en arabe), synonyme d’exode pour des centaines de milliers de Palestiniens lors de la première guerre israélo-arabe qui a suivi la création d’Israël en 1948.

Cette inauguration symbolique, annoncée dans la revue municipale, s’est tenue à l’initiative de l’association bezonnaise West Bani Zaid (du nom d’une localité palestinienne avec laquelle Bezons est jumelé). Sur la plaque dévoilée est écrit : «En mémoire des 800 000 Palestiniens et de la destruction des 532 villages en 1948 par le criminel de guerre David Ben Gourion pour la création de l’Etat d’Israël».

Un encouragement à l’antisémitisme, selon le Crif

Le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) a vivement réagi ce 11 juin. Dans un communiqué publié sur son site, il qualifie de «choquantes et inacceptables» les inscriptions de la plaque et notamment la qualification de «criminel de guerre» employée pour désigner David Ben Gourion, l’un des fondateurs de l’Etat d’Israël. Le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) estime également «historiquement faux» la description des événements de 1948 mentionnés sur la plaque.

Pour son président Francis Kalifat, ces déclarations «encouragent les violences antisémites qui sévissent actuellement en les justifiant historiquement». Demandant son retrait immédiat, il a pris contact ce 12 juin avec le chef de cabinet du ministère de l’Intérieur. Le préfet du Val d’Oise a alors contacté le maire de Bezons, et lui a intimé de retirer les plaques dès la réception du courrier, au motif notamment qu’il a rompu avec le «principe de neutralité républicaine dans le domaine international». Le Crif fait savoir sur son site internet que les plaques seraient retirées dans l’après-midi.

#Crif – Le Maire de Bezons a dépassé les bornes !
Cette cérémonie et les inscriptions sur la plaque apposée sont choquantes et inacceptables, qualifiant entre autre David Ben Gourion de criminel de guerre qui aurait appelé à l’expulsion des arabes, ce qui est historiquement faux.

Le député des Français de l’étranger Meyer Habib, dont la circonscription comprend Israël, a également partagé sur Facebook son indignation. Fustigeant l’insulte faite selon lui à David Ben Gourion, «père fondateur de l’Etat d’Israël», il explique dans une anaphore ce qu’est selon lui la Nakba. «La vraie Nakba […] c’est cette gauche, mais aussi certains dans les rangs de LREM, qui flirte avec l’islamisme et exploite la détestation d’Israël à des fins électorales […] C’est cette génération « Dieudonné » dans les quartiers, habitée par un imaginaire islamiste, antirépublicain et antisémite», lance-t-il.

«La vraie Nakba, c’est qu’un rappeur comme Médine qui s’auto-proclame « islamo-racaille » et titre son album Jihad puisse être programmé au Bataclan presque trois ans jour pour jour après que 90 innocents y ont été massacrés par la barbarie djihadiste», écrit-il encore, en référence à la polémique qui entoure la programmation du rappeur dans la salle de spectacle du Bataclan.

Bezons : une plaque commémorative de la « Nakba » suscite la fureur du Crif, qui exige son retrait

Une plaque commémorant ce que les Palestiniens appellent la « Catastrophe », c’est à dire l’exode qui a suivi la création de l’Etat d’Israël, suscite l’ire du Crif. En cause, le qualificatif de « criminel de guerre » dont est affublé David Ben Gourion.

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.