6 avril 2018- Paris, Jardin d’acclimatation 16e arrondissement. Rappel des faits: Elles étaient 2, non voilées. L’une m’a dit : « toi la juive de Facebook donne ton téléphone et tes cartes de crédit ou elle égorge ta fille. »

Reconnue par ses deux agresseuses arabes, la chroniqueuse parisienne de Coolamnews Emmanuelle Halioua est à son tour victime de la violence antijuive.  Francis Samuel avait écrit le 5 mai sur cette agression. Voici la suite de cette affaire, racontée cette fois, par la principale intéressée.  

Ora 4 ans, que je regarde figée par ce choc de 2 dimensions, souriant faussement à ma fille pour ne pas l’effrayer, cherchant quand même à tout hasard la caméra cachée.

Mais elles ont bien pris dans mon sac ouvert mon Smartphone, mes cartes de crédits, mes cartes de visite et je les ai même laissé rejoindre la sortie du jardin d’acclimatation, réduit comme une peau de chagrin en raison des grand travaux de réfection.

Je n’ai pas bougé c’est vrai.

« malgré ton Krav Maga !, me reprochera ma mère. Oui malgré le Krav Maga et ma colère plus que ma peur.

Peut-être parce que j’ai la conviction que les islamistes passent à l’acte sans aucun état d’âme. Comme je n’ai aucun doute sur leur capacité à égorger femme et enfant.n Je n ai pas bougé c’est vrai.

Peut-être aussi parce que précisément nous sommes dans un jardin d’enfants. Celui de l’innocence et que si l’une d’elles sortait une arme en réponse à un geste de défense de ma part, peut être que je condamnais alors …tous ces enfants.

Donc oui…je les ai regardé aller vers la sortie jusqu’à ce qu’elles disparaissent de ma vue. J’ai couru au poste de sécurité pour alerter du vol mais c’était loin d’être leur souci.

Des visiteurs au sein du jardin d’acclimatation m’ont prêté leur portable, des employés aussi et c’est grâce à eux que j’ai pu alerter mon mari et les banques.

Départ pour Israël

Demain j’ai un vol pour Tel-Aviv. J’emmène mon fils de 11 ans sur les traces de son grand père, du Golan ã Jérusalem. Son grand père qu’une maison de retraite a tué il y a tout juste 1 an.

48 h après les faits survenus à Paris, livide, mon mari m’appelle en vidéo. Il a reçu 2 appels anonymes. Paraît que « nos enfants sont très mignons et que ce serait dommage qu’il leur arrive quelque chose ».

Chaque appel le menace, lui et les enfants, de mort. Nos enfants de 4 et 11 ans, français, et juifs.

Alors j’entends mon mari, cet homme droit et fiable comme une montre suisse, prononcer ces mots: « tu dois arrêter d’écrire contre l’islamisme. Je commence à avoir des ennuis au travail et ça mets en danger nos enfants ! » Double peine.

Bien évidemment, j’ai porté plainte. Lui pas. C’est son choix. Son libre arbitre. Il ne croit pas que cela changera quelque chose au danger. Comme Maitre Goldanel il pense que « si nous avons été menacé C’est qu’’ils’ ne passeront pas à l’acte. »

Jouer la vie de ma famille sur des certitudes.

Qui de moi ou d’eux fait courir véritablement des risques à mes enfants. Les enfants qu’on élève, participent toujours aux combats de leurs parents d’une façon ou d’une autre. C’est aussi ainsi qu’ils découvrent les valeurs phares de leur parent. C’est aussi ainsi qu’ils se construisent. Je ne transmettrais pas la dhimmitude attitude en héritage.

Préfet et procureur sont alertés. J’ai droit à 3 h d’audition policière.

J’ai contacté les associations juives suivantes: Spcj, Bnvca, Oje, mon réseau au Keren Hayessod, chez Sauveteurs sans frontières et Elnet.

Spcj: silence radio. Proposition immédiate d’aide du Keren Hayessod, de Sauveteurs sans frontières, de Sammy Ghozlan (BNVCA) et de l Oje.

Une avocate bénévole très agressive

Hier j’ai rencontré l’une des 2 organisations juives réactives. J’ai été très bien reçu par son responsable, courtoisie et professionnalisme. Jusque à l’arrivée des 2 avocates bénévoles. L’une d’elle en particulier. Madame M.

Je vous épargne la lecture psy que j’en fais assez rapidement. Faisons simple: faux sourire, fausse politesse, posture très haute et agressivité à peine voilée. Empathie zéro. Tout ça juste après le ‘bonjour Madame, d’emblée tendue avec moi.

Rapidement ses questions évoluent en interrogatoire que même la police n’avait osé aussi inquisiteur. Me voici donc venue dans les locaux parisiens d’une organisation juive, venue exposer l’agression au jardin et les menaces de mort sur ma famille, subissant une inquisition au relent peu bienveillants, par une avocate suspicieuse envers mon mari et moi-même.

« C’est incompréhensible que votre mari ne veuille pas porter plainte pour menaces de morts sur ses enfants. Etes-vous sûre qu’il n’a pas inventé ces appels anonymes pour que vous cessiez d’écrire sur l’islamisme? Soit on dépose plainte soit on ment (…). Et puis écrivez donc vos chroniques ou vos posts sous un pseudo, on le fait tous! »

Puis voir ladite avocate de me donner le dos, faire des signes presque discrets. Alors celui qui t’avait accueilli avec une grande courtoisie te raccompagne à la porte dans une posture notablement différente et visiblement gêné de quelque chose.

Je ne veux pas dénigrer le travail de l OJE

Plusieurs jours après cet homme aimable mais qui néanmoins, n’est pas intervenu un instant durant l’inquisitoire agressif envers une famille ‘victime’, m appellera pour me présenter des excuses. Que je crois sincères. Les présenter ã la place de son avocate. N’est-ce pas à elle de m’appeler ? Pourquoi endosser une responsabilité qui n’est pas la sienne.

Je ne veux pas dénigrer le travail de l OJE. Ils ont de très beaux combats. Un responsable courtois qui m’a semblé sincère et empathique. Je veux témoigner ici du déplorable accueil que j’ai reçu de cette avocate bénévole. Malveillante, agacée par ma personne et insultante.

Car si moi j’ai la chance d’avoir la force de faire entendre ma voix et de me battre, de nombreuses familles juives en France se taisent, vivent dans le silence face aux humiliations et aux agressions .Elles ne viennent même pas témoigner au commissariat. Par peur. D’un mauvais accueil. Par peur de représailles.

Imaginez si ces familles avaient été ã ma place, dans cette prestigieuse organisation, victimes venant chercher de l’aide, se retrouvant face à ce lamentable accueil.

Seraient elles sorties de cet entretien furieuses et choquées et prêtes à faire entendre leur indignation ou peut-on raisonnablement penser que ces familles françaises de religion juive seraient définitivement vaccinées  de toute envie de témoigner de l’antisémitisme dont elles sont l’objet et les victimes?

Ma première leçon de droit

J’ai compris une chose grâce à cet édifiant entretien. Sans doute ma première leçon de droit : Entre Maitre G. à qui j’avais parlé la veille au téléphone et cette organisation juive  dans laquelle il collabore d’ailleurs, la naïve que je suis a compris leur choix délibéré de défendre uniquement les dossiers qui, grâce à des preuves, leur assurent la victoire.

La double peine se convertit en Triple peine. C’est en France .En 2018. Alors me reviennent en mémoire ces quelques mots:

Le diable m a chuchoté à l’oreille: » tu ne pourras traverser la tempête »

J’ai chuchoté à l’oreille du diable : »je suis la tempête ».

Agression antisémite: Une association juive plus inquisitrice que la police | Coolamnews

Reconnue par ses deux agresseuses arabes, la chroniqueuse parisienne de Coolamnews Emmanuelle Halioua est à son tour victime de la violence antijuive. Francis Samuel avait écrit le 5 mai sur cette agression. Voici la suite de cette affaire, racontée cette fois, par la principale intéressée.

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.