Les pires embouteillages des pays de l’OCDE sont… en Israël ! Par Greg Sulin

0
38

Des rapports approfondis sur l’économie israélienne publiés par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et le Fonds monétaire international (FMI), deux institutions de recherche économique les plus réputées au monde, aboutissent à la même conclusion: la congestion routière en Israël est le problème numéro un du pays en comparaison avec d’autres pays développés.

 Les chiffres sont familiers aux décideurs en Israël depuis longtemps. Des mesures ont été prises pour remédier au problème, mais ce qui est fait est trop peu et trop tard. Les embouteillages n’intéressent pas le ministre des Finances Moshe Kahlon. Le Ministre des Transports Yisrael Katz fait quelque chose, mais empêche la mise en œuvre de plusieurs des moyens les plus efficaces de réduire la congestion, parce que ceux-ci sont susceptibles de lui nuire politiquement.

“Israël souffre de la pire congestion de l’OCDE, et la situation ne fera que s’aggraver”, a déclaré le directeur adjoint du FMI, Craig Beaumont, lors d’une conférence de presse résumant la visite d’une délégation du FMI en Israël. “La population d’Israël augmente, la qualité de la vie augmente, de plus en plus de gens se tournent vers les véhicules privés et le défi de l’infrastructure s’accélère.”

Trois jours plus tôt, un rapport semestriel de l’OCDE présentait des chiffres soulignant la gravité du problème. La densité de transport en Israël est en moyenne de 2 800 véhicules par kilomètre de routes, 3,5 fois les 800 véhicules par kilomètre de densité moyenne dans les pays de l’OCDE et presque le double de la densité moyenne de 1 300 véhicules par kilomètre de routes en Espagne.

La comparaison internationale suscite un frisson, mais le gouvernement était conscient du problème même sans comparaison avec l’OCDE. Le ministère des Finances a récemment révisé son estimation des dommages économiques causés par la congestion routière de 25 à 35 milliards de shekels.

La raison en est simple: le rythme de construction des infrastructures de transport en commun est loin de dépasser la place de l’augmentation du nombre de véhicules particuliers. Le mois dernier, “Globes” a rapporté les résultats d’une enquête menée par le Centre de recherche et d’information de Knesset montrant que le nombre de véhicules en Israël a augmenté de 17% au cours des cinq dernières années, alors que la route n’a augmenté que de 6%. Un plan stratégique du ministère des Finances et du ministère des Transports à partir de 2012 a estimé que 200 à 300 milliards de shekels d’investissements seraient nécessaires au cours de la prochaine décennie pour combler le fossé entre les grandes villes israéliennes et européennes. Contrairement à l’Europe, cependant, la population augmente rapidement et le niveau de vie ne cesse d’augmenter, ce qui signifie qu’Israël doit courir pour rester au même endroit.

L’exemple suivant montre à quel point les efforts du gouvernement pour augmenter l’infrastructure afin de faire face à l’augmentation du nombre de véhicules sont désespérés. Le plus grand projet de transport en commun actuellement en construction en Israël est la ligne rouge du tramway de Tel-Aviv. Ce projet de 20 milliards de shekels, dont l’achèvement est prévu en 2022, vise à retirer 50 000 véhicules des routes. Le problème est que le nombre de véhicules sur les routes a augmenté de 150,000 seulement en 2017. Cela signifie que trois lignes de tramway seront nécessaires pour préserver le taux de densité actuel.

Ce qui peut être fait? Comme l’a expliqué Beamont, beaucoup peut être fait – si nous voulons le faire. «Il faudra beaucoup de temps pour combler l’écart d’infrastructure créé par de nombreuses années de négligence. En tant que solution provisoire, nous recommandons donc une politique basée sur la gestion de la demande – par exemple, le transport partagé, les parcs de covoiturage et les voies de transport en commun. Toutes ces mesures sont relativement peu coûteuses et ont un effet rapide.Une étape plus significative sera de suivre l’exemple de Londres et de Stockholm en imposant une taxe à l’entrée des grandes villes.”

Cette “taxe de congestion» est tabou en Israël à cause d’un homme: Yisrael Katz. Il n’est pas disposé à accepter une taxe sur la congestion à l’entrée de Tel-Aviv, même si tous les experts en transport estiment que cette mesure est essentielle et très efficace.

L’argument de Katz est qu’il est injuste de punir les conducteurs en les forçant à quitter leur véhicule privé sans leur donner une solution de transport en commun appropriée. La vraie raison, cependant, c’est l’ambition politique, pas l’équité. Katz sait qu’il paiera pour cela et qu’il ne deviendra jamais Premier Ministre s’il faisait cela… Et au vu du nombre de publicités qu’il paye sur Facebook pour se faire mousser, pas sûr qu’il renonce à son rêve pour le bien des automobilistes.

Les pires embouteillages des pays de l’OCDE sont… en Israël ! – JSSNews

Des rapports approfondis sur l’économie israélienne publiés par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et le Fonds monétaire international (FMI), deux institutions de recherche économique les plus réputées au monde, aboutissent à la même conclusion: la congestion routière en Israël est le problème numéro un du pays en comparaison avec d’autres pays développés.

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.