Les dirigeants de deux importants pays arabes ont conseillé à Mahmoud Abbas, dictateur de l’autorité palestinienne, d’accepter l’accord de paix qui sera proposé par les Etats-Unis, ont indiqué jeudi à i24news deux conseillers d’Abbas.

Le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman et le président égyptien Abdel Fatah al-Sisi ont tous deux déclaré à Abbas qu’il n’avait d’autre choix que d’être pragmatique, selon les sources. Abbas s’est vu dire que les arabes doivent également accepter les nouvelles réalités et acquiescer aux demandes des Etats-Unis sous le président Trump.

Les dirigeants égyptiens et saoudiens ont dit à Abbas de ne pas être têtu et d’arrêter de défier Israël et les Etats-Unis. Ils lui ont dit qu’il serait préférable d’accepter l’accord de paix maintenant, sinon il le regretterait plus tard, selon i24news.

Abbas a cherché une alternative aux pourparlers directs avec Israël et a refusé de considérer l’administration Trump comme un médiateur honnête pour les négociations depuis la déclaration de Trump en décembre reconnaissant Jérusalem comme la capitale d’Israël.

Abbas s’est récemment adressé au conseil de sécurité de l’ONU et a appelé la communauté internationale à organiser une conférence de paix au Moyen Orient comme alternative aux pourparlers menés par les Etats-Unis entre Israël et l’AP.

Abbas est maintenant sous une pression immense tant sur le front étranger, de pays arabes comme l’Egypte et l’Arabie Saoudite, et le front domestique, de sa propre circonscription, qui est largement opposé aux mesures proposées par Trump.

Abbas a été conseillé par le prince héritier saoudien et Sisi de prendre ce qui est offert, en particulier au rythme où Israël construit les implantations, lui disant que dans quelques années il n’y aura plus rien à négocier.

Une source palestinienne qui est au courant de la situation a déclaré qu’Abbas a dit à plusieurs dirigeants arabes qu’il a récemment rencontré qu’il craint d’être accusé de trahison par les palestiniens.

Le plan de paix de Trump n’a pas encore été officiellement annoncé, mais le journal arabe Asharq al-Awsat, a récemment publié ce qu’il prétendait être des détails du plan. La véracité du rapport n’est pas claire car il cite des responsables français non identifiés comme étant ses sources.

Ces responsables ont dit au journal que le président américain présentera un plan diplomatique comprenant la reconnaissance d’un état palestinien non basé sur les lignes d’avant 1967, tandis que la vallée du Jourdain restera entre les mains des israéliens. La demande palestinienne d’un « droit au retour » ne sera pas mise en œuvre, et les « réfugiés palestiniens » seront indemnisés et resteront là où ils sont.

Le plan présumé stipule également que les grandes communautés juives de Judée et de Samarie resteront en place, mais certaines communautés plus petites seront évacuées. L’état palestinien sera démilitarisé et aurait une souveraineté limitée.

Il comprend le transfert d’autres responsabilités administratives et sécuritaires aux autorités arabes dans les zones A et B. La capitale de l’état palestinien se trouverait à Jérusalem Est.

Abbas sous pression pour accepter le plan de paix de Trump

Le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman et le président égyptien Abdel Fatah al-Sisi ont tous deux déclaré à Abbas qu’il n’avait d’autre choix que d’être pragmatique, selon les sources. Abbas s’est vu dire que les arabes doivent également accepter les nouvelles réalités et acquiescer aux demandes des Etats-Unis sous le président Trump.

 

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.