Un avocat s’interroge sur l’attitude de la juge dans l’Affaire Sarah Halimi

2
141

Avons-nous vraiment envie de défendre Sarah Halimi ? L’attitude de Madame la juge Ihuellou provoque l’émoi, la consternation la colère mais surtout un questionnement sur la place du Juif dans la société Française. Par Maître Loïc HENRI

Elle ne peut que confirmer ce que tout étudiant en Théologie découvre très vite : la profonde haine du Juif par la France et les instances Catholiques et que l’histoire confirme mieux que ce que je ne saurais le faire en quelques lignes…

Ce qui peut, malheureusement, expliquer, en partie, l’attitude de la juge en charge de l’assassinat de Sarah HALIMI. N’oublions pas en effet que bon nombre de nos magistrats Français sont de confession Catholique.

Je sais, les accusations que je porte ici sont graves et je m’attends, sereinement, à un retour de bâton. Mais je poursuis avec objectivité n’étant pas Avocat en France et n’ayant donc pas l’ambition de récupérer le « dossier Sarah HALIMI »

Revenons au Droit. Exclusivement au Droit. Rien qu’au Droit :

Je lis ici et là que le Confrère (que je salue) en charge de la défense de Sarah HALIMI est confiant quant à la requalification voire l’éviction du Magistrat. Il faut changer le juge. Soit. Mais il faut aller plus loin : au moment ou la mémoire de Sarah HALIMI est bafouée par la Magistrature Française, un enfant juif est agressé, une adolescente juive est agressée…Nous ne pouvons-nous contenter d’un changement de juge ! Il faut un message fort, il faut sanction.

Les parties civiles qui demandent une requalification des faits s’exposent fréquemment a de tels refus tant les Magistrats sont désireux de garder la main sur la suite de l’instruction…

Pourtant un Magistrat a une obligation de restituer aux faits leur exacte qualification juridique. La Cour de Cassation a par ailleurs jugé qu’une requalification était possible même si elle aggravait le sort du prévenu. Nous sommes donc en présence d’un magistrat refusant la requalification et la reconstitution (ce qui soulignerait la responsabilité et l’implication (de par leur inaction) de 28 policiers).

Le Magistrat en charge de l’assassinat de Sarah HALIMI commet donc un « Faux en écriture publique »

Pour mémoire le Faux en écriture publique est un crime, passible de Cour d’Assise.

Le confrère en charge de la défense de Sarah HALIMI peut déposer une plainte auprès du Parquet à l’encontre du Magistrat instructeur pour faux en écriture publique.

Je pose donc la question : pourquoi le Magistrat n’est-il pas poursuivi pour Faux en écriture publique ? Pourquoi les différents Confrères en charge de ce dossier (j’abjecte ce terme) ne réagissent pas plus violement et attendent passivement l’évolution de la procédure ?

Avons-nous vraiment envie de défendre une Juive assassinée sous le regard de vingt-huit policiers ?

J’ai pour ma part, malheureusement, déjà la réponse.

Maître Loïc HENRI

Attorney at Law

https://www.coolamnews.com/avocat-sinterroge-lattitude-de-juge-laffaire-sarah-halimi/

Comments

comments

2 COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.