Une Leçon de vie – Elisheva Elkayam

0
46

En préambule, je tiens à préciser que je n’ai pas la prétention d’être une référence en matière d’interprétation de textes bibliques.
Je ne détiens aucune vérité, je cherche juste à partager ma vision personnelle et mon ressenti.
Je souhaite ici vous rapporter le commentaire d’un grand Rabbin des temps anciens.
J’ai malheureusement cherché longtemps sans parvenir à retrouver la source ni la référence du texte.
Cependant ce que j’en ai retenu est ce qui suit.
Ce Rav avait le Tanah (bible) sur sa table de chevet et n’éteignait jamais la lumière avant que ce qu’il lisait ne lui parla. D’après lui, la torah parle à chaque individu et n’est aucunement réservée à une élite. chacun peut en être inspirer
Sur mon chemin de développement personnel il m’arrive d’interroger les textes. Etant juive et pratiquante la torah fait partie de mon quotidien.
Dans le livre de Berechit (Genèse), il y a beaucoup de belles histoires inspirantes à leur seule et simple lecture, sans qu’il soit nécessaire de savoir percer les secrets du narrateur.
Ce chabbat, je me suis encore fait la réflexion : c’est incroyable de lire tous les ans les mêmes textes et de découvrir à chaque fois de nouvelles choses. Effectivement, le vieux Rabbin des temps anciens avait raison, les textes parlent au fur et à mesure de l’évolution de chacun.
Dans cette Parasha, Genèse 31/4, Jacob envoya querir Rachel et Lea aux champs, près de son troupeau et il leur dit :
« Je vois, au visage de votre père, qu’il n’est plus pour moi comme hier ni avant-hier ; mais le dieu de mon père est avec moi. Vous savez que j’ai servi votre père de toutes mes forces, et pourtant votre père lui, se joue de moi et dix fois a changé mon salaire,… »
Me suis-je vraiment interrogée ? Pourquoi Jacob a-t-il été rapporter à ses femmes ce que leur père lui avait fait ? Pourquoi n’a-t-il pas plutôt dit : « mes femmes il est temps pour moi de rentrer dans mon pays ? Nous lecteur savons très bien ce que Lavan lui a fait.
Est-ce que lui, le grand Jacob avait besoin d’aller se plaindre à ses femmes et de leur faire de la peine en leur parlant de leur père ?
Avant cela, il y a eu Avraham à qui Dieu avait dit lehk-lekha (va pour toi) genèse 12 <éloigne toi de ton pays, de ton lieu natal et de la maison paternelle >
Vous allez me demander quelle nouvelle interprétation j’y ai trouvé qui n’aie pas encore été relatée ?
Aucune, justement, j’ai juste trouvé la lecture inspirante ! Cela m’a apporté à moi personnellement , cela m’a aidé également à déculpabiliser!
Je m’explique. Nous avons notre propre chemin indépendamment de nos parents car nous avons notre propre mission. Nous nous faisons horriblement mal en gardant des rancunes et des non-dits, juste pour ne pas faire de mal.
Les parents peuvent parfois être étouffants, ils ne comprennent pas toujours qu’ils ne font pas les enfants pour eux-mêmes et que par conséquent les choix de vie de leurs enfants ne les concernent pas.
Au sein du couple, nous nous devons d’être à l’écoute de la souffrance de l’autre même si cette souffrance est provoquée par des êtres chers comme nos parents. Bien sûr, il ne s’agit pas de manquer de respect à nos parents mais la relation à mon couple passe avant tout et je me dois de protéger cette relation.
Ainsi, dire à son partenaire le mal que l’on a en soi participe à l’épanouissement du couple.
Chacun doit cependant trouver la solution appropriée à sa propre situation.
Dois-je parler avec mes parents ; dois- je imposer une distance,…
Je dois quoi qu’il arrive protéger mon foyer et si mon partenaire me dit que le comportement de mes parents à son égard lui a fait du mal, je dois le prendre en considération. Jacob en avait « gros sur le cœur », si cela n’était pas convenable il n’aurait rien dit et aurait gardé pour lui sa rancœur. Mais pour bien vivre il faut se libérer de ce qui nous fait mal et si nous y mettons la forme, il n’existe pas de sujet qui ne puisse être abordé.
Plus loin, dans 31/26 on remarque que Lavan demande des explications à Jacob et Jacob lui dit tout ce qu’il a sur le cœur.
Cela m’a fait prendre conscience de l’importance de libérer son cœur pour ne garder ni rancune ni haine, car cela est extrêmement important pour une vie heureuse .
 » La bible n’est pas un livre ,mais une bibliothèque . Italo Calvino  »

Elisheva Elkayam

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.