Un article du « Forward » par Jenny Singer, Traduit et adapté par Victor Kuperminc

Note du traducteur Le « Forward » insiste sur l’origine juive de Meghan Markle. Alors que « Le Monde »  daté du 29 novembre 2017 souligne son appartenance à l’Eglise catholique. Jusqu’à la réforme de 2015, le fait d’épouser une catholique aurait exclu Harry de la succession monarchique.C’est un conte de fées d’aujourd’hui, l’histoire du bal de Cendrillon à l’époque de Trump. Le Prince Harry, le play-boy international, le numéro cinq dans la lignée des prétendants au trône d’Angleterre, vient d’annoncer ses fiançailles avec Meghan Markle, une actrice américaine.

Meghan est connue pour son rôle dans une célèbre série télé. Sa mère est afro-américaine, et son père est blanc. Et, bien que nombre de journaux affirment que son père est  juif,  elle nie être membre de la tribu.

Lorsque les médias  lui posent la question « Qui êtes-vous ? », elle ne mentionne pas ses origines, ni celles de son père. Pourtant, on note, à propos de la nouvelle Reine Esther, quatre remarques .

Son prénom de naissance est Rachel. Nous avons tous rencontré une bonne centaine de superbes Megan, Meagan , voire de Meghan dans les milieux juifs . Alors que Rachel vient directement de la Genèse ; c’est le prénom que vos parents vous ont donné pour vous  rappeler votre héritage.  En plus, changer votre nom  (dans ce cas, votre nom de scène) est une coutume classique chez les artistes juifs. Demandez plutôt à Natalie Hershlag et Jonathan Stuart Leibowitz . Vous aurez reconnu Natalie Portman et Jon Stewart , célébrités du cinéma et de la télévision.

Meghan Markle s’est mariée, une première fois, avec Trevor Engelson. Mariage  à propos  duquel le « Sun » remarqua la traditionnelle « danse de la chaise », sans laquelle il n’y a pas de mariage juif.

Disney eut sa grenouille changée en prince ; un roi lion ; et une sirène royale. Une princesse juive semble de bon aloi.

S’il ne s’était agi que du prénom « Rachel », Dayenou . S’il n’y avait eu que la danse de la chaise, Dayenou. Mais, la preuve  de cette chasse aux miettes de « Hametz » à propos de l’identité de Meghan, vient du porte parole de l’Abbaye de Westminter, qui confirma, au nom de l’Eglise d’Angleterre, que le mariage sera « inter-religieux », sans tenir compte de la judéité de la princesse.

Ceci nous amène à la prochaine étape. Meghan a été mariée et divorcée et, selon l’Eglise d’Angleterre, si ceci fut acceptable pour Henri le huitième, cela semble bon aussi pour son descendant rouquin, le Prince Harry.

Donc, si Markle et Harry se marient, elle serait la première princesse américaine, noire, divorcée et juive de l’histoire britannique. Ajoutons, pour faire bonne mesure, qu’elle a trois ans de plus que le Prince. Ce qui serait un signe plus qu’encourageant pour ces différentes minorités.

Et, le jour où elle sera présentée à la Reine, qui dira le « shéhéhyanou » ?

JENNY SINGER

 Note à l’attention des non-initiés :

Dayénou (cela nous aurait suffi) : refrain et titre de l’hymne chanté durant le seder de Pâque. Quinze exemples de compassion divine y sont énumérés.

Sheheyanou »  (Béni sois-tu,… qui nous as conservé la vie jusqu’à ce jour et     nous a fait la grâce d’atteindre l’époque de cette fête solennelle) : action de grâce récitée à l’occasion d’un événement exceptionnel.

http://www.tribunejuive.info/societe/meghan-markle-sera-t-elle-la-princesse-juive-du-prince-harry

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here