Il est 11 heures du matin à Las Vegas. Depuis le lever du soleil, des centaines de reporters diffusent depuis le lieu du massacre qui s’est déroulé la nuit précédente. Les américains se réveillent groggy par le bilan effroyable.

Dans la bouche des journalistes, la méthode israélienne en pareil cas est régulièrement évoquée. Mais Steeve, le reporter de Fox News dépêché à Las Vegas,  consacre l’essentiel de son commentaire au savoir-faire israélien.

« Je dois dire que la presse ne sait pas grand-chose. Nous ne pouvons approcher des lieux et aucun officiel ne nous renseigne. C’est le black-out total », lance-t-il visiblement agacé. Puis il se lâche : « Cette méthode n’est pas appliquée partout. En Israël par exemple, la sécurité coopère avec la presse. En quelques minutes, les scènes d’attentats sont passées au peigne fin et nettoyées, la vie reprend son cours et les gens sont informés en temps réel. Ici, vous verrez que dans 48 heures, ils (les enquêteurs : ndlr) y seront encore. Le bilan exact, les noms des victimes, tous les faits ne seront distillés qu’au compte-goutte. Ah si nous étions en Israël. Nous devrions vraiment nous inspirer de ce pays », estime le journaliste de Fox News. Aucune équipe de télévision n’a pu approcher des lieux du drame ni même de l’hôtel d’où les tirs sont partis.

L’empressement des Israéliens

Les observateurs étrangers sont en effet surpris de la rapidité avec laquelle les informations sont diffusées en Israël. Il n’est pas rare que quelques minutes après un attentat, le nom du terroriste ainsi que sa photo soient diffusées. La presse est autorisée à circuler et le nombre exact de victimes et de blessés est communiqué dans la foulée des événements. Les lieux sont rapidement nettoyés et rouverts au public. Aux Etats-Unis et en Europe, le processus est visiblement beaucoup plus lent.

https://www.coolamnews.com/tuerie-de-las-vegas-fox-news-ah-etions-israel/

 

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here