Et voilà. Il tombe, comme ça, le compte-rendu tant attendu de Daniel Zaguri, l’expert psychiatre désigné pour examiner Kobili Traoré, le salaud qui, le 4 avril dernier, en plein Paris, est entré chez Sarah Halimi, l’a lynchée, fracassée, pour finir son affaire en la défenestrant : Sarah , rappelez-vous, a été assassinée en direct en plein Paris, en présence de 28 policiers, et défenestrée sous les yeux de voisins impuissants, parce qu’elle était juive, parce qu’elle était juive, parce qu’elle était juive.

 

A l’horreur de sa mort firent écho tristement, honteusement, un silence médiatique et politique indicibles. Il fallait se taire, nous répéta-t-on, attendre que fût entendu l’assassin, que se fît l’enquête, chuuuuut, surtout ne rien dire, surtout ne pas parler de ce nouvel antisémitisme islamiste, il fallait ne pas faire de vagues, baisser la tête, ne pas encore se faire remarquer.

Certes, notre Président déclara que toute la lumière devait impérativement être faite, alors voilà, la France est allée en vacances, et l’expert psychiatre, auquel les 3 mois accordés ne suffirent pas pour évaluer la responsabilité de Traoré, demanda un report : il voulait consulter le dossier médical et cela ne pouvait se faire  qu’en présence de personnes assermentées.

Certes les résultats des analyse toxicologiques nous parvinrent, montrant que l’assassin mentait fort bien et que, s’il avait bien fumé un joint ou deux, il n’était pas sous l’emprise de la drogue lorsqu’il tua Sarah.

Certes il fut extirpé de l’infirmerie psychiatrique et mis sous scellé à Fresnes, et tout ça c’était le 11 juillet, date à laquelle il fut d’abord entendu, interrogatoire qui donna lieu à un procès verbal de 7 pages qui montrèrent combien Traoré avait, bien conseillé, préparé sa défense : ce pauvre Bébé n’était en rien antisémite, c’est tout juste s’il savait, cet ange, que Sarah Halimi était juive.

Voilà. Aujourd’hui il l’a rendu, Zaguri, son rapport, à sa collègue la juge d’instruction. Et il conclut, le célèbre Docteur, celui qui jugea que l’assassin du DJ Sébastien Sellam aussi n’était pas responsable, à une altération du discernement de l’assassin de Sarah : Kobili Traoré  aurait agi sous l’empire d’une bouffée délirante aiguë, dont les effets furent démultipliés par une prise massive de cannabis.

Il ajoute, Daniel Zaguri, que le caractère pathologique du passage à l’acte ne fait aucun doute, ( ça, ça ne s’invente pas ), mais que Traoré serait partiellement responsable, vu qu’il aurait absorbé volontairement les dits stupéfiants.

Quoi ? Vous dites qu’on pourrait appeler ça de  l’enculage de mouches[1] » ? Ben oui. Moi aussi. Et lorsqu’il ajoute, l’expert, qu’il appartient à la justice de qualifier précisément cet acte, vous êtes sceptiques, voire éberluées, et in fine furieux ? Moi aussi.

Alors reconsidérons l’explication emberlificotée du psychiatre : en proie à un délire, se croyant possédé par le diable, Bébé , se trouvant face à Sarah, dont je rappelle qu’il est allé, voulant accomplir son funeste projet, la déloger, croit voir le Diable en personne. Quoi ? Rappelez-vous : c’est bien en la traitant de shetan qu’il l’a massacrée. Quoi ? Vous, si vous rencontrez le Diable, vous savez, cet être qui ose ne pas être musulman, eh bien vous le lynchez aussi, non? Non ?

Non. Vous, vous voyez là un geste clairement antisémite, voire terroriste. Comme vous y allez. Vous devez être un peu Juif, vous, pour déduire ainsi, car on me l’a dit, vous l’entretenez tous, cette obsession à traquer la poussée de l’antisémitisme, et maintenant vous allez jusu’à prétendre, en plus, que sévirait un antisémitisme new fashion, né de la haine du Juif chez les islamistes.

Voilà . Il appartient donc à la justice de qualifier précisément cet acte. La juge, elle pourrait, si elle en avait le courage, demander, de sa propre initiative ou à la demande des parties, une contre-expertise. Que va-t-elle décider ? En actant l’altération du discernement de Traoré, elle le fait de facto victime, lui, de cette bouffée délirante aiguë, dont les effets auraient été démultipliés par sa prise massive de cannabis.

Pour info, Alexandre Buchinger a aussitôt publié un communiqué.

Le Docteur Daniel ZAGURY vient de faire connaître les conclusions de son rapport d’expertise psychiatrique de l’assassin de Sarah HALIMI 

Si la responsabilité pénale de Kobili TRAORE serait atténuée du fait d’une bouffée délirante au moment des faits, elle n’est pas abolie. 

Le mis en examen qui est détenu à la maison d’arrêt de FRESNES depuis le 11 Juillet 2017 est donc accessible à une sanction pénale et sera jugé devant une Cour d’Assises. 

Nous rappelons que dans cette affaire, et en dépit des preuves produites par les parties civiles, la circonstance aggravante d’antisémitisme n’est toujours pas retenue. 

Ceci, ajouté au fait qu’il demeure inacceptable que la responsabilité de Traoré soit même partiellement amoindrie, ajouté au fait que demeurent entières les interrogations sur l’inaction des forces de police cette nuit du 3 au 4 avril 2017, lorsque Sarah Halimi fut torturée, puis défenestrée, explique que bien évidemment la mobilisation pour que la vérité soit établie sur tous les points et que l’omerta soit levée continue.

Quoi ? Regardez comme l’Etat, par la voix du Ministre de l’Intérieur, a parlé illico de mobiles antisémites lors de l’agression récente de la famille Pinto, et passez votre chemin, cessez de dire qu’il y a un gros problème avec l’assassinat de Sarah Halimi, cessez de demander comment et pourquoi ce médecin  juif orthodoxe fut tué en plein Paris, cessez de demander des comptes à la police, circulez, je vous dis, ou alors, si vraiment un doute venait à vous effleurer, dites-le, criez-le, écrivez-le, refusez.

[1] L’expressio est de Nicolas d’Estiennes d’Orves, in Les derniers jours de Paris, XO éditions, 2009.

 

Comments

comments

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here