D’après une étude menée par le Prof. Daphna Joel de l’École de psychologie et de l’École des neurosciences de l’Université de Tel-Aviv, en collaboration avec les Prof. Cordelia Fine de l’Université de Melbourne en Australie et John Dupré de l’Université d’Exeter en Grande-Bretagne, une grande partie des différences sexuelles n’ont aucune base génétique et sont le résultat de l’environnement. Selon les chercheurs, des milliers d’années de vie dans un environnement sexo-spécifique ont « dispensé » nos gènes de la nécessité de développer les mécanismes qui assurent les différences de comportement entre les sexes.

fillesgarconsL’étude a été publiée au mois d’aout dans la revue Trends in Cognitive Sciences.

Nul ne doute plus que l’environnement joue un rôle important dans la perpétuation des  différences entre les hommes et les femmes en termes de comportement, de préférences et de capacités. Mais beaucoup pensent que ces distinctions existeraient même dans un environnement totalement égalitaire car elles découlent selon eux de  différences biologiques entre les sexes. Pourtant, selon le Prof. Daphna Joel : « Le fait qu’un comportement particulier réapparaisse à chaque génération ne signifie pas nécessairement qu’il soit inscrit dans nos gènes ».

« Des moutons élevés par des chèvres préfèreront s’accoupler avec des chèvres »

Pour essayer de comprendre l’hypothèse des chercheurs, il faut déconstruire l’analogie généralement admise entre l’hérédité, transfert d’informations de génération en génération, et la génétique, transfert de l’information d’une génération à l’autre par les gènes. Les développements récents des théories de l’évolution, notamment les travaux du Prof. Hava Yablonka de l’Université de Tel-Aviv, montrent que la transmission intergénérationnelle peut également se produire en dehors des gènes, par exemple par l’épigénétique, le comportement ou les symboles.

Daphna Joel« Lorsque l’environnement est suffisamment stable, il peut fournir les conditions de l’apparition d’un comportement qui passe d’une génération à l’autre », explique le Prof. Joel. « Par exemple, on pense généralement que les moutons préfèrent s’accoupler avec des moutons – préférence qui présente un avantage clair sur le plan de l’évolution – pour des raisons génétiques. Mais des expériences ont montré que des moutons élevés par des chèvres préféreront s’accoupler avec des chèvres plutôt qu’avec d’autres moutons ».

En d’autres termes, les gènes ne sont pas les seuls facteurs de l’hérédité. L’animal hérite aussi d’un environnement comprenant entre autre des animaux du même type que lui. Un tel environnement diminue la nécessité de développer les mécanismes génétiques responsables du développement des préférences sexuelles. Une génération de changements environnementaux suffit donc à modifier totalement les préférences sexuelles : au lieu de préférer les moutons, l’agneau élevé avec des chèvres optera pour les chèvres. Cela peut sembler surprenant, mais ça ne l’est pas : dans la nature pendant des générations les agneaux ont toujours été élevé par des brebis, et donc il n’a jamais existé de conditions dans lesquelles une sélection génétique aurait pu s’opérer pour que les moutons préfèrent s’accoupler avec des moutons plutôt qu’avec des chèvres par exemple.

« Les différences de comportement ne proviennent pas forcément des gènes

mais peuvent découler d’un environnement permanent au fil des générations »

Selon les chercheurs, ces principes peuvent également être vrais pour les différences entre les femmes et les hommes : « le fait que les humains vivent depuis des milliers d’années dans des environnements extrêmement « sexo-spécifiques », où garçons et filles sont élevés de manière très différente depuis leur naissance, permet d’émettre l’hypothèse qu’il n’y a aucune pression sur les gènes pour qu’ils développent une quelconque préférence et que donc au moins une grande partie des différences que nous connaissons entre les sexes n’a pas de fondement génétique, justement parce que l’environnement les a provoqué au fil des générations. Il est possible par exemple que les filles préfèrent jouer à la poupée et les garçons au ballon non parce que c’est « inscrit dans nos gènes », mais parce que nous apprenons de notre environnement. Il se trouve que la capacité d’une guenon à prendre soin de son enfant dépend du fait qu’elle ait grandi avec d’autres singes. Les différences de comportement ne proviennent donc pas forcément des gènes mais peuvent découler d’un environnement permanent au fil des générations

« La perspective selon laquelle la plupart des différences entre les sexes découlent de notre environnement sexo-specifique au lieu d’être inscrites dans nos gènes est plutôt une bonne nouvelle », conclue le Prof. Joel. « En effet, à l’encontre du potentiel génétique, l’environnement culturel peut être modifié. Mais il faut se rappeler que nous vivons dans un monde très sexué, depuis les jouets donnés aux bébés jusqu’à l’attitude de nos parents, en passant par celle des enseignants, des amis, la presse, la littérature, le cinéma, la télévision, et même les annonces publicitaires; et donc il ne suffit pas de modifier un seul aspect culturel pour provoquer un changement dans les différences entre les sexes au niveau de la population ».

http://www.ami-universite-telaviv.com/index.php/2013-05-26-08-41-51/recherche/sciences/genetique/787-les-diff%C3%A9rences-sexuelles-n-ont-pas-de-base-g%C3%A9n%C3%A9tique-mais-sont-le-r%C3%A9sultat-de-l-environnement-selon-les-chercheurs-de-l-universit%C3%A9-de-tel-aviv

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here