Si vous demandez aux Palestiniens, aussi bien à Gaza qu’en Judee et Samarie, qui est responsable de leurs souffrances, la plupart répondront probablement Israël. Mais que diraient-ils s’ils étaient en sécurité à l’étranger et n’avaient plus à craindre leurs propres gouvernements?

Ce n’est pas là une question que les journalistes, les diplomates ou les organisations non gouvernementales se posent habituellement. Mais nous avons maintenant une réponse, au moins en ce qui concerne les Palestiniens qui ont fui Gaza. Ils sont partis non pas à cause d’Israël, mais à cause de la persécution du gouvernement du Hamas

Leur témoignage a été rapporté par le journaliste Zvi Bar’el de Haaretz, qui était parti en Grèce à la recherche de réfugiés syriens mais a accidentellement rencontré des Palestiniens de la bande de Gaza, des milliers d’entre eux. Un réfugié de Gaza a estimé qu’il y avait environ 6 000 Gazaouis à Athènes seulement.

Le Badil Resource Center for Palestinian Residency and Refugee Rights affirme que le chiffre réel est probablement plus élevé. Et ce ne sont que ceux qui ont pu fuir. Beaucoup voudraient partir, mais sont bloqués à Gaza parce que le passage de la frontière avec l’Egypte n’est ouvert que quelques jours par mois. Et même quand il est ouvert, seulement quelques centaines de personnes par jour peuvent partir. Osama, l’un des Palestiniens que Bar’el interviewé, a déclaré que lorsqu’il a quitté Gaza (via un tunnel de contrebande), plus de 25 000 personnes étaient sur la liste d’attente pour partir par le passage frontalier officiel.

Et pourquoi tant de Gazaouis ont-ils fui ou essayé de fuir ? Les Palestiniens que Bar’el a rencontrés ont une réponse uniforme: le Hamas. Aucun d’entre eux n’a même mentionné Israël dans ses réponses.

« Il y a un médecin palestinien ici qui est venu avec sa femme et ses trois enfants », a déclaré Osama à Bar’el. « Imagine, un médecin, une personne respectable ayant une profession, doit fuir Gaza seulement parce qu’il était soupçonné de déloyauté envers le Hamas ».

Ayman, qui écoutait la conversation en silence, s’y joint. « Je suis caricaturiste, artiste, et j’ai eu des expositions à Gaza. Le Hamas n’a pas aimé mes dessins animés et ils m’ont interdit de dessiner, et ils m’ont également arrêté. Après avoir passé du temps dans une prison du Hamas, j’ai décidé de m’échapper « , dit-il.

« Ils ont attaché mes mains et mes pieds, ils m’ont battu, et après m’avoir été blessé, ils m’ont transféré dans un hôpital où je suis resté plus d’un mois. Pendant ce temps-là, ils ont également arrêté mon frère pour obtenir des informations à mon sujet. »

Naji, un autre Gazaoui, a montré à Bar’el une cicatrice profonde sur sa jambe, résultat de la torture dans une prison du Hamas.

« Un jour, j’ai même essayé de me suicider. J’ai me suis frappé la tête contre un vitre et j’ai mis mon cou sur le verre cassé. Mais ils m’ont retenu et je n’ai pas réussi « , dit-il en montrant une méchante cicatrice sur son cou. « Je vous le dis, Gaza est au bord de la guerre civile et personne ne sait ce qui se passe là-bas. Personne n’est intéressé.  »

Il existe de nombreuses agences des Nations Unies exclusivement consacrées à aider les Palestiniens, et les groupes de défense des droits de l’homme accordent une attention disproportionnée à cette question. Dans les deux cas, leur seul intérêt réel pour la souffrance palestinienne est de trouver un moyen de blâmer Israël. Ils ne se soucient absolument pas de protéger les Palestiniens contre les abus de leur propre gouvernement. C’est pourquoi ils continuent à publier des rapports accusant Israël d’être la «cause clé» de la souffrance palestinienne, comme l’a déclaré une agence des Nations Unies cette semaine, malgré toutes les preuves du contraire.

Pourtant, leur préjudice flagrant obscurcit souvent un problème plus important qui affecte même les mieux intentionnés des journalistes, ONG, diplomates et autres acteurs impliqués dans l’information du monde de ce qui se passe en Judee et Samarie et à Gaza – l’incapacité de comprendre que dans les sociétés non démocratiques, la peur affecte ce que les gens disent.

Pour les Palestiniens, le fait de blâmer quelqu’un d’autre qu’Israël pour leurs problèmes leur risquerait de sérieuses répercussions de la part de leurs propres gouvernements ou des groupes de militants affiliés aux deux gouvernements.

Et c’est vrai non seulement dans le Gaza dirigé par le Hamas, ainsi que des gens comme Ayman et Naji l’ont découvert pour leur malheur, mais aussi dans la Judee et Samarie du Fatah, où des journalistes, des hommes d’affaires et des agents de sécurité palestiniens ont été arrêtés et subi des sanctions financières pour l’audace d’avoir critiqué l’Autorité Palestinienne ou son président, Mahmoud Abbas. Le fait de blâmer Israël est toujours la solution la plus sûre, même dans les cas où c’est manifestement faux.

Des journalistes, des ONG et des diplomates responsables tiendraient compte de ce facteur de peur et tenteraient de creuser un peu plus profondément pour tenter de découvrir la vérité. Ils reconnaîtraient également que le fait même qu’Israël est la seule partie qu’aucun Palestinien ne craigne de critiquer est en soi la réfutation des affirmations palestiniennes selon lesquelles Israël est un régime oppressif. Les gens qui vivent vraiment sous un régime oppressif ont généralement peur de le critiquer publiquement.

Au lieu de cela, ces faiseurs d’opinion prennent tout ce qu’ils entendent des Palestiniens en Judee et Samarie et à Gaza pour argent comptant et le répéter sans critique. Cela ne fait rien pour améliorer le sort des Palestiniens, mais beaucoup pour renforcer leurs gouvernements répressifs en les absolvant de tout examen et de toute pression pour réformer.

Le témoignage de ces réfugiés de Gaza en Grèce offre une occasion rare d’entendre ce que les Palestiniens disent lorsqu’ils sont hors de portée de leurs propres gouvernements tyranniques et peuvent parler librement. Il offre ainsi un aperçu de la véritable source de beaucoup de souffrance palestinienne et une réprimande à tous les journalistes, diplomates et ONG qui collaborent avec les deux gouvernements palestiniens pour cacher cette vérité au monde.

 

source Gazans in Greece: We Fled Hamas, not Israel By Evelyn Gordon

http://www.kountrass.com/gazaouis-refugies-grece-avons-fui-hamas-israel/

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here