Des mots pour cacher les maux : déséquilibrés et Bds !

Ainsi la France vit à l’heure de ses déséquilibrés.

Ils ont une Identité floue, des origines floues, mais pourquoi s’intéresserait-on à des actes de déséquilibrés ? Car tel est bien l’enjeu de ce changement sémantique.

S’il s’agit de terroristes, des questions sont posées, des analyses à faire, des enquêtes, des mesures pour comprendre, anticiper, trouver des complicités, des réseaux, démanteler des filières pour continuer à protéger. Il est vrai que c’est inquiétant, surtout lorsqu’on annonce 20 000 fichés S et 273 (?) retours de Syrie identifiés.

Et je ne parle pas de la large population non amalgamée qui ne manifeste pas, ne dénonce pas et au mieux déclare ne pas avoir de lien avec l’islam.

Quant aux déséquilibrés : qui peut dire ? Qui peut faire ? A quoi cela servirait-il ? Des loups solitaires égarés. Les loups solitaires avaient bien préparé le terrain.

Des nombreux avantages à parler de déséquilibrés
  • Réduire l’inquiétude
  • Classer l’affaire ou du moins l’enlever de la scène publique très rapidement, ainsi nous n’avons même pas eu d’images largement diffusées de l’enterrement de la fillette tuée à la pizzeria
  • Ne pas relancer le débat sur le risque terroriste
  • Faire baisser les statistiques du terrorisme !
  • Ne pas avoir à rendre de compte sur les mesures prises, puisqu’il n’y en a pas.
  • Multiplier les tweets de compassion
Un rapport déséquilibré 

Aujourd’hui 22 août, l’expert psychiatrique n’a pas déposé son rapport sur l’immonde tueur de Sarah Halimi (Z’l) : déséquilibré ou pas ?

Après deux déséquilibrés en quatre jours, à Montargis et à Marseille, le déclarer déséquilibré lui aussi, serait paru peu crédible : trois déséquilibrés tueurs en quelques jours ! En revanche s’il est déclaré responsable, cela risque de générer un autre problème, car il avait été déclaré déséquilibré au départ et interné durant trois mois. Donc face à un tel changement, le risque de ce changement serait valable aussi pour ces deux collègues déséquilibrés.

Conclusion : nous sommes partis pour une longue attente. Combien faudra-t-il de courage à la famille de Sarah Halimi (Z’l) ? Les déséquilibrés sont-ils l’avenir du terrorisme en France ? Une chance pour les terroristes. 

Et le BDS ?

Et dans ce grand remplacement, on assiste toujours à la répétition des autorisations de manifestations BDS, Boycott, Désinvestissement, Sanctions. Ne sont concernés ni l’Iran, ni la Corée du Nord – au hasard – mais exclusivement, Israël le seul et unique Etat Juif.

De la place de la République à St Michel, en passant par notre jolie province, tout est bon pour déverser des photos, des narratifs nés de la haine mensongère. Certains disent « ce n’est pas grave ». Ne nous a-t-on pas murmuré à l’oreille « La France sans les juifs… »  et ce murmure suffirait à tout effacer. Effacer les chants de haine, effacer les autorisations préfectorales quasiment hebdomadaires, effacer leur protection policière toujours présente .*

Parce que si le boycott est interdit en France, mais oui interdit depuis juillet 2015, il s’agit du boycott de produits , nous dit-on ! Pour les appels au boycott d’Israël pas de problème. Le BDS, ce n’est pas du boycott !

Haine anti juive et anti Israël sont donc ainsi déversées sous protection policière et avec autorisation préfectorale. Sans crainte que cela ne suscite des réactions chez les « déséquilibrés ».

Nouveau ! Le BDS, la haine anti juive et anti Israël, invité officiel à l’Université

A la rentrée, est organisé par l’université Paris 8 Vincennes-St Denis un Colloque International, labellisé Colloque de recherche ( subventions, etc…) qui porte le joli nom de Penser l’émancipation. En partenariat avec l’Université de Lausanne (IEPHI ; IRCM), l’Université de Paris Nord Villetaneuse (CEPN) et l’université de Paris Ouest Nanterre La Défense (Sophiapol)

Donc le Vendredi 15 septembre à 14h30 à 16h15 au programme : Israël résister à la colonisation

Modération : Selim Nadi

Intervenants

Michèle Sibony (Union Juive Française pour la paix, UJFP)

Jean Stern : Mirage gay à Tel Aviv le pinkwashing

Imen Habib : BDS la réponse citoyenne et non-violente à l’impunité d’Israël

Oui vous lisez bien. Non seulement le BDS, c’est-à-dire l’autorisation de la haine anti juive et anti Israël, s’affiche au cœur de la capitale, mais désormais son action dans les Universités est officiellement lancée et approuvée. 105 minutes de mensonges, de haine et de violence diffusés dans ce qui fut un jour défini comme « une institution d’enseignements supérieurs, d’études et de recherches ».

Après la police monstrueusement passive, la justice injustement lente, désormais l’université et l’Education nationale sont des territoires perdus de la République. Eh la France, tout va très bien Mme la Marquise, tout va très bien ! Et n’oubliez pas : les murmures passent, les BDS restent. Pour l’instant. Suites à venir

*(Pardon mais il ne m’est plus possible de parler de police sans évoquer les deux équipages et la colonne d’assaut des forces de l’ordre, 26 hommes équipés et armés, à quelques mètres de la porte de Sarah Halimi (Z’l), qui, dans l’attente d’un ordre jamais arrivé, ont attendu sans bouger 50 minutes. Cinquante minutes sans forcer la porte de l’appartement où se trouvait le ouakbarien  criant sa haine pendant qu’il s’acharnait à mort sur la malheureuse hurlant de souffrances terribles, barbares)

http://jforum.fr/terrorisme-et-bds-la-france-vit-a-lheure-de-ses-desequilibres.html

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here