Le mois dernier, l’artiste israélien berlinois Shahak Shapira a signalé à Twitter 300 messages d’incitation et de haine.

Twitter, pour sa part, ayant refusé de supprimer la plupart d’entre eux, il a fait une visite impromptue devant les bureaux de la société  à Hambourg, en Allemagne, où il a tagué des graffitis comprenant des messages de ces  Tweets sur les trottoirs. Au cours des dernières heures, la campagne  #HEYTWITTER attire une vaste attention virale, avec des centaines de mentions dans les sites d’actualité.

Shapira a déjà fait les manchettes en début d’année après avoir publié un projet de photos découpées intitulé Yolocaust, couvrant de honte des touristes qui s’étaient pris en photo de manière indigne au Mémorial de l’Holocauste à Berlin.

http://antisemitism.org.il/article/116574/lartiste-shahak-shapira-enseigne-%C3%A0-twitter-ce-qui-se-passe-quand-ne-supprime-pas-de-t

Comments

comments