L’adolescent israélien-américain avait été recalé de l’armée, apparemment pour des raisons psychiatriques

L’adolescent israélien-américain arrêté jeudi dans le sud du pays, et soupçonné d’avoir lancé plus de cent fausses alertes à la bombe dans le monde contre des institutions juives aurait commencé à son entreprise après avoir été recalé de l’armée israélienne, apparemment pour des raisons psychiatriques, a rapporté vendredi la chaîne israélienne Channel 10.

Selon des sources au sein de la police israélienne, citées par la chaîne, le rejet de l’armée l’aurait déprimé, rendu furieux et suscité chez lui l’envie de montrer « de quoi il était capable ».

Certains éléments de l’enquête, notamment le nom du suspect, âgé de 18 ans, restaient samedi encore sous le coup de la censure en Israël.

Selon Channel 10, le suspect a été traqué après la découverte d’un indice venant de Nouvelle-Zélande, un des pays, avec les États-Unis, visé par les menaces téléphoniques de l’adolescent.

Des enquêteurs du FBI sont en Israël pour interroger, avec la police locale, le suspect qui restera en détention, au moins jusqu’à la fin du mois.

Son père, soupçonné d’être au courant des agissements de son fils, a également été placé en détention.

Lors de son arrestation, le jeune homme aurait tenté, en vain, de s’emparer de l’arme d’un des policiers.

The father of an American-Israeli Jewish teenager accused of making dozens of anti-Semitic bomb threats in the US and elsewhere, sits in the Israeli Justice court
JACK GUEZ (AFP/File)

Par ses agissements, le jeune Israélo-Américain a semé la panique ou au moins troublé la vie quotidienne dans une multitude de centres communautaires juifs ou des synagogues aux Etats-Unis, en Australie ou encore en Nouvelle-Zélande, provoquant des évacuations d’écoles et de garderies.

Dans la plupart des cas, il prévenait de l’explosion imminente d’une bombe, utilisant des moyens technologiques, comme Google Voice pour déformer sa voix, selon la police.

Selon Channel 10, le jeune homme avait effectué sa scolarité à domicile, quittait rarement quitté sa maison, et voulait faire son service militaire au sein de l’armée. Mais c’est le refus de l’armée de l’enrôler, apparemment pour des raisons psychiatriques, qui aurait déclenché chez lui l’envie de de lancer des fausses alertes à la bombe.

C’est en voyant l’impact de ses premières menaces de bombe, que sa motivation pour en lancer davantage a grandi, selon la télévision israélienne, qui ajoute qu’au fil du temps, il est devenu négligent, laissant des traces sur internet qui ont permis aux enquêteurs de remonter jusqu’à lui.

La multiplication des alertes est devenue suffisamment grave pour que des investigations soient lancées simultanément dans plusieurs pays et que le FBI dépêche des agents en Israël, a dit la police israélienne.

Le suspect reste silencieux

Lors de l’arrestation, la police a retrouvé au moins cinq ordinateurs, ainsi que du matériel informatique sophistiqué. Selon Haaretz, le jeune homme refuse pour l’instant de signer un document qui permettrait à la police de fouiller ses appareils, et de coopérer, restant silencieux depuis le début des interrogatoires.

Le jeune homme a été présenté devant au tribunal de Rishon Letzion en relevant son teeshirt pour dissimuler son visage aux objectifs des caméras, et n’a fait aucun commentaire.

Il fait face à des accusations d’extorsion et est accusé de semer la peur généralisée et la panique, a indiqué la police.

Son avocat Galit Bash a demandé un examen médical. « Nous sommes inquiets de la possibilité que son état médical n’affecte ses fonctions cognitives », a-t-elle dit précisant que son client « âgé de 18 ans et demi, souffre d’un sérieux problème médical ».

Elle a ajouté que ses problèmes l’avaient empêché de fréquenter l’école primaire, l’école secondaire ou de s’enrôler dans l’armée.

Les institutions juives aux Etats-Unis sont en butte depuis quelques mois à une flambée des menaces et d’actes antisémites..

L’Anti-Defamation League a recensé plus d’une centaine d’alertes à la bombe contre des centres communautaires juifs depuis le début de l’année.

Elle a appelé à ne pas baisser la garde. Le « principal coupable » d’une majorité des alertes semble avoir été identifié, a-t-elle dit dans un communiqué, mais « l’antisémitisme aux Etats-Unis demeure un sujet de très grave inquiétude ».

« Personne n’a encore été arrêté pour la profanation de trois cimetières ou toute une série d’autres incidents antisémites comme des croix gammées ou des tracts haineux », a-t-elle dit.

http://www.i24news.tv/fr/actu/israel/141021-170325-menaces-antisemites-le-suspect-motive-par-le-refus-de-tsahal-de-l-enroler

Comments

comments

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here