Jordan Faucher, un nom qui ne vous dit probablement rien. C’est le premier joueur franco-algérien qui évolue en Israël. Au Maccabi Herzliya, en Ligue 2 israélienne plus précisément. 

Le moins que l’on puisse dire est que cet attaquant de 25 ans est en train de s’illustrer de fort belle manière au point d’attirer l’attention des équipes de Ligue 1 en Israël, mais aussi en France. Meilleur buteur de la Ligue 2 israélienne la saison dernière, avec 24 buts, il est sur les mêmes bases cette année, puisqu’il a déjà inscrit 14 pions. L’on comprend dès lors pourquoi de nombreuses équipes s’intéressent à lui. « Un retour en France ? Cela me plairait et ce serait une progression pour ma carrière. Il n’y a pas encore de propositions mais je sais qu’on m’observe », confie-t-il dans un entretien accordé au journal Le Monde Afrique.

Jordan-Faucher.

Sur les circonstances qui l’ont amené à aller monnayer son talent en Israël pour un joueur d’origine algérienne (il est de père français et de mère algérienne), Jordan Faucher dira : « Je n’avais jamais pensé y jouer. Cela s’est fait par hasard. Comme je n’étais plus payé à Antwerp, j’avais la possibilité de partir. Mon agent, qui travaille beaucoup avec Israël, m’avait dit qu’un club de ligue 1, l’Hapoël Raanana, était intéressé ». Finalement, cela ne s’est pas fait, mais quelques semaines plus tard il a été prêté pour six mois au Maccabi Herzliya, en Ligue 2, qui va rapidement lever l’option d’achat.

À la question de savoir s’il n’est pas dérangé de jouer en Israël en tant qu’Algérien, le joueur formé à Metz dira : « Je me suis évidemment interrogé. Par rapport à la situation du pays, avec les attentats. Et aussi en raison de mes origines algériennes… Je ne savais pas trop à quoi m’attendre. Mes proches, eux aussi, étaient un peu inquiets. Mais mon agent m’a rassuré. Il m’a dit qu’il ne m’enverrait pas là-bas s’il avait eu le moindre doute », avant d’ajouter : « Je me disais que ça pourrait arriver… Mais on ne m’a jamais rien dit : aucune allusion sur mes origines, aucune menace, aucune insulte. Ni dans la rue, ni dans les stades. Ma réussite sportive a sans doute facilité les choses. Une chose est certaine : si cela devait arriver, je partirais sans attendre. C’est quelque chose que je ne pourrais pas accepter », tranche-t-il.

Jordan Faucher qui n’est autre que le neveu de Fethi Chebel, l’ancien international des Verts des années 80, n’oublie pas ses origines. Il rêve de porter un jour le maillot national. « Mon père est français, ma mère est originaire de Constantine. J’ai les deux passeports et l’Algérie était venue aux renseignements. Tout comme la fédération française, d’ailleurs, pour ses sélections de jeunes. Mais je m’étais blessé et je n’ai plus eu de nouvelles depuis. Peut-être qu’il y aura plus de chances d’être appelé par l’Algérie, que je vais suivre de près lors de la CAN. Une compétition que j’aimerais jouer un jour ! Si l’Algérie me sélectionne, j’y vais sans hésiter. Je pense que je serai le premier joueur d’origine algérienne évoluant en Israël à jouer pour une sélection nord-africaine », confie-t-il.

Mais l’on doute fort que la FAF pensera à lui, à moins qu’il quitte le championnat israélien…

http://www.tsa-algerie.com/20170111/reve-de-porter-maillot-verts-jordan-faucher-franco-algerien-brille-israel/

Jordan Faucher, le Franco-Algérien qui brille… en Israël

Sur les circonstances qui l’ont amené à aller monnayer son talent en Israël pour un joueur d’origine algérienne (il est de père français et de mère algérienne), Jordan Faucher dira :  » Je n’avais jamais pensé y jouer. Cela s’est fait par hasard. Comme je n’étais plus payé à Antwerp, j’avais la possibilité de partir.

 

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here