Plus de 3000 cas de «décès particuliers», provenant entre autres, d’erreurs médicales, ont été enregistrés dans l’année dans les hôpitaux israéliens.

Plus de 3000 personnes sont décédées depuis le début de l’année dans les hôpitaux israéliens et ont été classées comme « décès particuliers ». Les spécialistes estiment que ce chiffre est beaucoup plus élevé.

Certains des cas sont liés à des fautes médicales et à des erreurs de traitement. Dans d’autres, il est question de suicide, de décès durant une opération ou de personnes sorties de l’hôpital moins de 24h plus tôt. Les données recueillies à ce jour sont incomplètes et basées sur le nouveau système informatisé auquel sont reliés à la plupart des hôpitaux en Israël. Le but de ces rapports est de promouvoir la qualité et la sécurité des soins.

Les données montrent que jusqu’à ce jour, 3110 décès inhabituels ont été signalés cette année dans les hôpitaux, par rapport à 4.014 cas en 2015 et 2.940 cas en 2014. En outre, en 2016, les patients ont rapporté au ministère de la Santé 511 erreurs dans les traitements médicaux. 138 événements graves ont été signalés mais selon le ministère de la Santé, ils ne nécessitaient pas de rapport.

Vers la fin des erreurs médicales

Vers la fin des erreurs médicales

Parmi tous ceux signalés en 2016, 240 cas sont désignés comme « graves et irréversibles ». Parmi eux, 25 cas de mort d’un nouveau né, 4 cas de décès de femme en couches, 20 cas de suicide, 10 cas de dommages causés par la technologie médicale, 10 fautes et 10 cas de dispositifs défectueux. Cinq autres cas ont été enregistrés comme des erreurs de médication.

À la lumière des rapports recueillis, le ministère de la Santé a identifié les lieux et les processus de travail définis «à haut risque» : les processus de validation des données et de distribution de matériel dans les salles d’opération, le traitement du lait maternel dans les hôpitaux, et la transmission de l’information dans le processus de changement des gardes.

Erreur, pas faute professionnelle

Les erreurs médicales ont été définies dernièrement aux Etats Unis comme 3ème facteur de décès des patients dans les hôpitaux. Le Prof. Ran Blitzer, président de la Société israélienne pour la qualité de la médecine et directeur général des services de santé de l’Institut de recherche a appuyé hier sur la différence entre erreur et négligence : « Il y a confusion entre les deux et c’est dommage car la plupart des erreurs médicales sont faites par de bons professionnels, dévoués, qui travaillent dans des conditions difficiles. Ce sont des êtres humains, et les humains font des erreurs ».

Selon le Prof. Blitzer, « En Israël, où le système de santé fonctionne avec de fortes carences par rapport à tous les pays de l’OCDE, le défi est encore plus grand. »

Le ministère de la Santé espère que le nouveau système de surveillance contribuera à cela. Il sera connecté à tous les hôpitaux et la gamme de critères pouvant prévenir les incidents graves sera étendue.

Source : Israel Hayom

par Judith Douillet

http://www1.alliancefr.com/actualites/israel-plus-de-3000-erreurs-medicales-vont-etre-evitees-grace-a-ce-nouveau-systeme-6048724

Comments

comments

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here