Cette semaine, l’Université George Mason a hébergé une conférence sur le mouvement de boycott, désinvestissement et sanctions (BDS), campagne anti-israélienne qui a récemment fait ses preuves en prenant part à « l’œuvre de solidarité» avec des organisations sympathiques. Mais à mesure que la campagne des BDS se développe, sa philosophie de la « grande tente » semble séduire des organisations liées au terrorisme.

En mai 2016, par exemple, l’organisation Dream Defenders, basée à Miami, a acheminé par vol d’avion un groupe de militants dont un législateur de la Floride, en Israël et dans les territoires palestiniens. En Cisjordanie, les participants étaient dirigés par un guide identifié avec le groupe terroriste de l’OLP (Front populaire pour la libération de la Palestine (FPLP).

Ce lien avec l’OLP n’est pas nouveau pour Dream Defenders qui ont ouvertement exprimé leur soutien au PFLP sur Facebook, Twitter et Instagram. Le directeur exécutif du groupe est Ahmad Abuznaid, fils de l’ambassadeur de l’OLP aux Pays-Bas. Il a posté des photos de lui-même embrassant Rasmea Odeh, un infâme terroriste du Front Populaire de libération de Palestine, impliqué dans le bombardement d’un supermarché israélien en 1969. Abuznaid a également discouru lors d’une collecte de fonds au nom d’Odeh.

Odeh est à présent une cause célèbre des activistes de BDS aux États-Unis. Les avocats du boycott se sont ralliés à sa défense, recueillant des fonds pour Odeh alors qu’elle fait face aux poursuites des États-Unis pour fraude d’immigration (pour mentir au sujet de son temps en prison). Les renforçateurs d’Odeh incluent des groupes de soutien de BDS comme la Palestine juridique, la voix juive pour la paix, et les musulmans américains pour la Palestine. Ses défenseurs soutiennent qu’elle a été injustement condamnée par Israël dans l’attentat de 1969 (Odeh elle-même apparaît dans un documentaire de 2004 discutant de son implication).

Un autre groupe de SDE en Amérique ayant des liens avec le FPLP est «La coalition américaine pour boycotter Israël» ou la «Coalition pour la justice en Palestine». Bien que n’étant apparemment pas officiellement enregistrée comme une entreprise ou comme un organisme sans but lucratif, cette organisation prétend travailler avec plusieurs groupes dans l’espace BDS. La Coalition est, selon les informations disponibles, coordonnée par Senan Shaqdeh, une figure décrite sur le site de l’OLP en tant qu’ancien «combattant en montagne» du FPLP au Liban.

Il n’est pas clair si Shaqdeh est toujours actif avec le FPLP. Mais il a aidé à coordonner un certain nombre de manifestations de BDS et anti-Israël à Chicago et à travers le pays. Curieusement, en 2014, il s’est rendu à Ramallah, où il a rencontré le président palestinien Mahmoud Abbas et le Premier ministre Rami Hamdallah.

La campagne des SDE aux États-Unis s’identifie largement comme un mouvement non violent de justice sociale. Mais, ses liens avec le FPLP, un groupe décidément violent, sont troublants.

Fondé en 1967 en tant qu’organisation révolutionnaire marxiste-léniniste par George Habash, le FPLP était connu pour une série de détournements d’avion à la fin des années soixante et soixante-dix. Ils ont placé des bombes dans les supermarchés, tué des civils et embauché des assassins pour massacrer des passagers à l’aéroport israélien de Lod en 1970. Le groupe a été désigné en 1997 comme une organisation terroriste étrangère par le Département d’État et reste à ce jour présent sur la liste.

Bien qu’il soit toujours considéré comme la deuxième faction au sein de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), le FPLP n’a plus autant d’influence qu’auparavant. Mais le FPLP demeure actif en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, sans parler des camps de réfugiés palestiniens autour du Moyen-Orient. Et son engagement envers la violence n’a pas changé.

En 2011, deux membres du FPLP ont perpétré le meurtre d’une famille dans l’implantation Itamar ena Cisjordanie (dont un nourrisson de 3 mois). Ils ont été responsables d’un tir de 2014 à Jérusalem-Ouest qui a tué cinq personnes et en a blessé huit. Les rapports à code ouvert indiquent que le groupe a récemment vu une recrudescence du financement de l’Iran.

Le lien PFLP et BDS ne se limite pas aux États-Unis. Le groupe est de plus en plus actif parmi les groupes de BDS en Europe.

En 2013, Shawn Jabarin, le directeur de l’ONG palestinienne Al-Haq, a visité la France, où il a donné des conférences à plusieurs organisations et accordé des interviews sur le boycott des produits israéliens. Jabarin s’est vu refuser les visas de voyage par Israël et a été marqué par Israël comme un activiste du FPLP dans les années 1980 et 1990.

Récemment, le PFLP a dépêché son membre le plus célèbre, Leila Khaled, première femme pirate de l’histoire, dans des tournées de conférences à travers le monde. En avril 2016, elle a visité l’organisation allemande Falestin Beytona, les bureaux du Parti communiste de Suède à Göteborg et le Centre culturel autrichien-arabe (OKAZ) à Vienne – tous les organismes qui soutiennent le SDE. Khaled a également été l’invitée du mouvement BDS de l’Afrique du Sud en 2015.

La position de Khaled sur la violence n’a pas changé. Elle voit le SDE comme un moyen d’atteindre ses fins. En 2015, elle souligne que le BDS «soutient notre résistance et notre révolution», mais elle mentionne également que «refuser d’acheter des produits dans un magasin ou annuler un contrat d’entreprise ne libérera pas la Palestine. Seule la résistance dans toutes ses formes : Depuis le rejet des ordres d’un soldat d’occupation à tenir des marches de protestations, jusqu’à la lutte armée, libérera la Palestine.

La campagne BDS a toujours été controversée. C’est, en substance, un effort de guerre économique contre Israël. Quelle que soit la légitimité qu’elle réussit à accumuler, elle provient en grande partie des allégations d’éviter la violence. Mais les liens croissants de la campagne avec le FPLP racontent une autre histoire, validant apparemment les accusations les plus sévères portées contre elle.

http://schanzer.pundicity.com/19349/boycott-divestment-and-sanctions-movement

Jonathan Schanzer et Kate Havard

Adaptation Thérèse Zrihen-Dvir

http://therese-zrihen-dvir.over-blog.com/2016/11/le-mouvement-de-boycott-desinvestissement-et-sanctions-attire-des-groupes-terroristes.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

Comments

comments

1 COMMENTAIRE

  1. Déjà vous croyez vraiment qu on a besoin de bds pour avoir la haine contre vous et votre politiques de colonisation de merde
    De plus les organisations terroristes n ont pas besoin de bds pour vivre en israël puis que vous êtes aussi des terroristes
    En France quand il y a un attentat on dit quoi  » temps Mossad  » en France

    View Comment

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here