Entretien avec Efrat Groman. La directrice de l’Onit (Office national israélien du tourisme) achève sa mission à Paris mi-juillet. Elle aura passé trois ans à la promotion de son pays notamment auprès des professionnels du tourisme. Elle revient avec le Quotidien du Tourisme sur son bilan.

Que représente le marché français pour Israël ? En nombre de touristes, la France est notre troisième marché derrière les Etats-Unis et la Russie. C’est un marché stable.

Avec près de 300.000 Français estimés pour 2016, nous devrions rester sur les chiffres de 2013, notre année record.

-Qu’est-ce qui a changé en trois ans sur le plan touristique ? Un des points principaux, c’est l’accord d’open-sky qui permet à plus de compagnies de proposer plus de vols entre la France et Israël. L’offre notamment des low cost continue de s’élargir. Transavia et Easyjet ont ouvert leurs premiers vols vers Israël au printemps 2015. Aujourd’hui par exemple, Transavia opère 5 vols hebdomadaires sur Tel-Aviv. Et des offres se créent sur Eilat en vol direct l’hiver.

Depuis votre arrivée en fonction à l’automne 2013 à Paris, quel est votre plus grand sujet de satisfaction ? En fait, j’ai adoré tout le travail que j’ai effectué en France. Côté pro, avec les réseaux Carrefour et Havas, nous sommes allés former les agents de voyages à travers toute la France. C’est très important car les vendeurs ne savent pas toujours quoi conseiller à des clients qui ont envie d’aller en Israël. Côté grand public, l’élection de Super Mamie a été un superbe partenariat. A travers les comités régionaux et le voyage offert en Israël aux finalistes, nous avons touché une clientèle de province. Des seniors, beaucoup, et qui sont aussi très actifs sur les réseaux sociaux.

-Vous avez aussi proposé de nouvelles choses aux agences et tour-opérateurs ? Nous avons créé en 2014 à l’IFTM-Top Resa notre premier programme d’e-learning. Et organisé cet automne avec Prosky notre premier voyage pour 40 agences Mice (meetings, incentives, congress, events). Nous avons également participé pour la première fois à des campagnes promotionnelles en ligne sur la destination avec Vente-privée, Lastminute et Opodo. Et plus de 200 professionnels du tourisme sont venus aux trois grandes soirées dansantes que nous avons organisées.

 Autre action tournée vers les professionnels, Israël a accueilli cette année l’opération Connect by le Quotidien du Tourisme… C’était absolument incroyable. Nous sommes partis avec 60 personnes qui n’étaient jamais allées en Israël. Certains avaient des interrogations, des appréhensions. Ils ont découvert dans une ambiance bon enfant un pays moderne avec du wi-fi partout où les filles peuvent se promener seules le soir par exemple. Des tour-opérateurs ont pu voir le potentiel de la destination: 4h de vol, pas de visa, la mer, le désert, l’histoire, les city-breaks, la fête, etc. Le dernier soir, à Tel-Aviv, nous avons même dû faire la tournée des bars et boîtes de nuit pour récupérer les participants avant le vol de retour.

Le fameux aspect festif de Tel-Aviv dont vous avez fait la promotion à la Gay Pride de Paris le 2 juillet ? Oui, c’est la deuxième année que nous y participons avec un char ‘Tel Aviv’ et une très belle drag-queen. Nous  avions aussi deux jeunes gens sur des Segway qui distribuaient des flyers. Ils ont proposé un jeu concours pour gagner un voyage à Tel-Aviv avec Easyjet et Misterbnb. En France, peu d’opérateurs s’adressent à ce segment. Or la clientèle gay est un public qui a entendu parler de la destination, qui sait qu’on fait la fête.

-Et dans le même temps, Israël est une destination de pèlerinage… Cela montre bien la diversité des publics qui peuvent se rendre en Israël. Nous avons passé récemment avec le TO Terralto une soirée à Mulhouse. 3.000 personnes étaient présentes qui elles aussi connaissent la destination. Certaines pour y être déjà allées. Cette diversité est une vraie richesse touristique qui permet de construire des ponts entre les populations.

http://www.quotidiendutourisme.com/site/destination-ot-israel-j-ai-adore-le-travail-que-j-ai-fait-en-france–101417.html

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here