L’Autorité palestinienne (AP) présentera une résolution à l’ONU condamnant les « colonies » israéliennes et la construction en Judée-Samarie, et à Jérusalem. Elle a fait circuler une copie du projet à un certain nombre de membres du Conseil de sécurité de l’ONU, selon des diplomates occidentaux et hauts responsables palestiniens qui se sont exprimés sur la décision d’Abbas.

Abbas souhaite porter la résolution à un vote du Conseil de Sécurité lors de sa visite au siège de l’ONU à New York, dans deux semaines environ. Le passage condamnant les communautés israéliennes en Judée-Samarie a été tu pendant longtemps et Abbas a gardé un profil bas depuis le début de cette année afin de ne pas dévoiler ses plans.

Paris, Berlin, Moscou: Abbas jauge le monde

Les Palestiniens ont tenu des consultations au cours des derniers mois avec un certain nombre de membres du Conseil de sécurité, tels que la France, l’Espagne et l’Egypte, pour jauger de l’ampleur du soutien qu’il pouvait recevoir. Un haut responsable palestinien a déclaré qu’Abbas arrivera à New York le 22 Avril, veille de la Pâque, pour être présent lors du vote.

Selon Haaretz, la raison officielle du voyage d’Abbas à New York est de prendre part à une conférence de l’ONU sur le climat, mais l’Autorité palestinienne veut profiter de sa présence de au siège de l’ONU pour promouvoir le vote sur la résolution. Avant d’arriver à New York, Abbas fera une série de visites diplomatiques à Paris, Berlin et Moscou pour recueillir le soutien à la décision palestinienne.

Abbas veut tout Israël et certains sont tentés de lui donner

Le Premier ministre Binyamin Netanyahu a condamné l’initiative de l’AP jeudi soir : « Avec sa dernière décision unilatérale à l’ONU, le président de l’AP repousse les pourparlers de paix. La seule façon de les faire avancer est par des négociations directes et Abu Mazen veut éviter cela. Les Palestiniens éduquent leurs enfants que Tel Aviv, Haïfa et Acre sont des colonies, et cela depuis la création de l’OLP en 1964. »

La décision marque le dernier effort de l’Autorité palestinienne d’embarrasser Israël et de le condamner dans les institutions internationales. En 2014, l’Autorité palestinienne a soumis une résolution à l’ONU qui a appelé Israël à « mettre fin à l’occupation » et de se retirer de la Judée-Samarie d’ici 2017.

12 mois pour évacuer la Judée-Samarie

Le projet de résolution aurait fixé un délai de 12 mois pour permettre à Israël d’achever son retrait de Judée-Samarie. La résolution a été mise aux voix au sein du Conseil de sécurité des Nations Unies l’année dernière, mais n’a pas réussi à obtenir suffisamment de voix pour passer. Abbas a dit plus tard qu’il allait à l’ONU à nouveau et essayer d’obtenir un retrait de Judée-Samarie qui serait imposé à Israël.

Les diplomates de deux pays occidentaux, qui sont membres du Conseil de sécurité, ont confirmé à jeudi que les Palestiniens avaient distribué une copie du projet. Ils ont dit que la résolution était relativement modérée et ressemblait à une résolution similaire présentée en février 2011 et qui a été rejeté par les États-Unis.

Condamner la violence des « colons »

L’un des diplomates occidentaux a ajouté que l’une des seules innovations dans le texte cette fois a été l’ajout d’un paragraphe condamnant « la violence des colons » contre les Palestiniens. Selon un haut fonctionnaire de l’AP, des pourparlers sont en cours au cours des derniers jours avec les pays arabes, en particulier l’Egypte, la Jordanie et l’Arabie Saoudite, ainsi qu’avec les membres du Conseil de sécurité, pour déplacer le projet de résolution.

Les ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe doivent convoquer une réunion spéciale le 20 Avril pour discuter de la version finale de la résolution. L’un des diplomates occidentaux a assuré que certains pays arabes se sentent concernés par le projet de résolution et ont mis en garde les Palestiniens de ne pas le promouvoir. Cependant, la direction palestinienne est déterminée à aller de l’avant, et a même fait pression sur l’Egypte, qui représente les pays arabes au Conseil de sécurité, afin d’obtenir son, soutien.

Le monde a les yeux fixés sur OBAMA

L’administration Obama a donc deux options : soit soutenir le projet et de ne pas y opposer son veto, ce qui serait le dernier coup de gong du président à Netanyahou, soit d’y être opposée, afin d’obtenir l’adhésion plus large et plus lucide des pays arabes qui étaient ses alliés et se sont détournés des Etats-Unis à cause de sa défection. Réparer ou continuer à détruire ? L’orgasme politique et idéologique d’Obama ira-t-il jusqu’à creuser l’isolement de l’Amérique ?

SOURCE : http://coolamnews.com/le-coup-de-vice-dabbas-a-lonu-obama-va-t-il-opposer-son-veto/

Comments

comments

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here