Un projet de loi sera présenté dimanche à la commission ministérielle de la législation par Tzipi Hotovely (Likoud) et 28 autres députés de la Knesset de tous les bords politiques. Il vise à stopper la recommandation du ministère des Finances de faire passer l’âge du départ des femmes à la retraite de 62 à 67 ans au cours des 15 prochaines années.

 

 

« Nous ne pouvons autoriser les femmes, dont certaines occupent les pires postes sur le marché du travail, à s’enterrer dans ce genre de travail plus que de raison », a déclaré Hotovely, présidente de la commission sur le Statut des femmes de la Knesset, dans un communiqué publié vendredi. « C’est pourquoi nous voulons cette loi pour conserver l’âge du départ à la retraite à 62 ans. »

 

« Le droit de partir à la retraite n’est pas moins important que le droit de travailler », a ajouté la députée, qui a lancé ce projet de loi avec une coalition de femmes et de mouvements pour les droits de l’homme, comme le Centre Adva, l’Organisation internationale sioniste des femmes ou le centre Mahout.

 

Selon ces groupes, les femmes constituent toujours le secteur le plus faible de la main d’oeuvre et celles qui ont plus de 50 ans rencontrent de sérieux problèmes pour trouver un emploi qui paie plus que le salaire minimum. Les forcer à continuer à attendre plus longtemps pour partir à la retraite signifie qu’elles vont devoir passer plus de temps dans des jobs qui rapportent peu.

 

« Le statut des femmes et l’égalité au travail sont encore loin de ce qu’ils devraient être », écrit Hotovely.

« De ce fait, reporter le droit à la retraite, sans créer une solution à l’emploi créative pour remédier aux inégalités entre les sexes ne conduira qu’à une augmentation du nombre de femmes vivant dans la pauvreté. »

 

Alors que la série de recommandations du directeur du Budget du ministère des Finances Udi Nissan, qui présidait une commission spéciale chargée de se pencher sur la question, n’a pas encore été révélée, une porte-parole du ministère a indiqué la semaine dernière que le but était d’augmenter l’âge du départ à la retraite pour les femmes de 62 à 64 ans d’ici 2017 et à 67 ans en 2026, pour l’amener au même niveau que pour les hommes.

 

Cependant, depuis que Nissan a présenté au ministre des Finances Youval Steinitz ses recommandations il y a une semaine, des militantes pour le droit des femmes, avec dans leur rang des ministres et des députés de la Knesset, se sont élevées contre ces suggestions.

 

Jpostfr

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here