par Daniel Pipes
http://fr.danielpipes.org/blog/2010/09/bruler-coran

Version originale anglaise: Further Thoughts on Koran Burning
Adaptation française: Anne-Marie Delcambre de Champvert

Plusieurs points supplémentaires n’ont pas pu rentrer dans ma chronique d’aujourd’hui, La « Réglementation Rushdie » atteint la Floride

(1) Contrairement à Terry Jones et à son très petit groupe, les musulmans britanniques ont par deux fois brûlé des exemplaires des Versets sataniques en public dans la période 1988-89, en présence d’une foule de 1.000 et 7.000 participants. Il est à peine besoin de faire remarquer que le gouvernement n’a pas fait pression sur les chefs de file pour qu’ils renoncent par crainte de la violence qui en résulterait.

(2) Contrairement à l’autorisation d’utiliser la Bible comme papier de toilette, les musulmans ont déclenché une émeute, causant au moins quinze morts, pour une information erronée dans Newsweek [disant]que les interrogateurs avaient jeté un Coran dans les toilettes au centre de détention américain de Guantánamo Bay.

(3) Le changement dans la politique américaine signalé dans le cas Jones s’inscrit dans un contexte plus large de la volonté de l’administration Obama de fermer définitivement la libre discussion sur l’Islam, comme cela est suggéré par son approbation d’une résolution du Conseil des droits de l’homme proposée par l’Organisation de la Conférence islamique .

(4) En menaçant la vie de Jones, les islamistes gagnaient également à lui faire faire faillite.. Plutôt malin. Détails dans Gainesville Sun

Le coût attendu pour faire la police dans [l’église évangélique] Dove World Outreach Center pour le projet de brûler le Coran –ce qui n’a jamais eu lieu– devrait tourner autour d’un montant de 100.000 dollars chacun , pour les services de police de Gainesville et le bureau du shérif du comté d’Alachua, ceci d’après les déclarations des responsables. Et le maire de Gainesville, Russ Blackburn, a déclaré que la ville avait l’intention de présenter une facture pour les frais au pasteur de l’église, Terry Jones.

Le capitaine de gendarmerie Sadie Darnell a dit qu’elle aussi envisageait d’envoyer la facturation à l’église. Le porte-parole du bureau du capitaine de gendarmerie, le lieutenant Steve Maynard a dit qu’il y avait 242 agents en service actif, le samedi, dont 160 travaillaient tout spécialement en raison de la manifestation prévue.

Les coûts totaux pour la sécurité sont effectivement plus élevés si l’on ajoute la participation d’autres organismes, dont le Florida Department of Law Enforcement et plusieurs autres bureaux du shérif qui ont fourni un appui tels que chiens renifleurs d’explosifs et autres dispositifs de détection, ceci selon les autorités.

Blackburn a dit qu’il ne savait pas s’il était bien réaliste de s’attendre à ce que l’église paye ou que l’autorité judiciaire de la ville oblige l’Eglise à payer. Le procureur de la ville Marion Radson a fait observer que la ville avait fourni un service «direct» à l’église.

(5) Plusieurs imitateurs ont brûlé des Corans le 11 septembre, par exemple deux pasteurs l’ont fait dans leMichigan, le Tennessee, et l’Australie. Le cas de Derek Fenton a retenu le maximum d’attention car une vidéo de lui brûlant des pages [de Coran]a été tournée sur YouTube et en conséquence, son employeur, New Jersey Transit Authority, l’a congédié.

(6) Dans le projet juridique Est-ce que brûler le Coran est protégé par la liberté d’expression? Dan Huff se penche sur les implications juridiques de ce qu’il appelle la «défense Petraeus »:

La Constitution permet au gouvernement de censurer la parole si c’est nécessaire pour la réalisation d’un intérêt public impératif. Il s’agit d’un très haut niveau, mais le fait que le commandant en chef de la nation ait fait un appel public à la retenue sera cité comme une preuve solide qu’éviter d’offenser les musulmans est indispensable à l’intérêt national. Une fois ce principe dangereux accepté, la porte est ouverte aux injonctions du tribunal contre les discours qui enflamment les sentiments des musulmans dans des emplacements stratégiquement importants.

(7) Dans Terry Jones, Asymmetrical Warrior, David Goldman de [la revue]First Things offre l’approche la plus originale sur cet incident. « L’Affaire Jones a démontré qu’un fou tenant une allumette et un exemplaire du Coran peut faire plus de dégâts dans le monde musulman qu’un bus plein de kamikazes. . Quelle est la valeur monétaire des dommages causés par une édition de poche usagée du Coran, disponible en ligne pour quelques dollars?  » Goldman continue en spéculant que les services de renseignement non-musulmans pourraient tirer certaines conclusions de l’impact que Jones a eu et pourraient décider d’utiliser ses méthodes pour jeter le monde musulman dans le chaos, puis il propose quelques réflexions sur ce à quoi ces initiatives pourraient ressembler.

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here